Terra Canis Telefon Terra Canis Facebook
Terra Canis Up

Qualité alimentaire contre catégorie 3

Que signifie le terme « qualité alimentaire »

L’industrie de l’alimentation pour animaux, à laquelle appartiennent les producteurs d’aliments pour chiens et pour chats, ne font pas partie de l’industrie alimentaire. Elle fait partie de l’industrie du traitement et de l’élimination des déchets et ne traite donc pas des aliments, mais des déchets et des sous-produits de la catégorie 3.
Terra Canis est la première entreprise agroalimentaire à produire des menus pour chiens et chats exclusivement préparés avec de véritables ingrédients alimentaires pour lutter contre les pratiques mentionnées ci-dessus. Dans le texte suivant, nous vous expliquerons plus en détail la terminologie employée et les différences qu’elle implique. Ces explications se fondent sur les bases légales et sur la législation actuellement en vigueur au sein de l’UE.

Que signifie le terme « qualité alimentaire » ?
Sont autorisés à être classés dans la catégorie « qualité alimentaire » tous les produits (matières premières et produits traités) qui en raison de leur fraîcheur et de leur qualité sont destinés à la consommation par des êtres humains, ou le cas échéant, à un usage humain. Dans le secteur de la boucherie, il s’agit ici de tous les produits issus de l’abattage destinés et adaptés à la consommation humaine, ou qui sont destinés à être traités pour devenir des produits de charcuterie, etc. Ces produits ne doivent à aucun moment quitter la chaîne du froid et sont soumis à des directives très strictes en matière d’hygiène. Si par exemple on constate que la quantité de germes dans un morceau de viande dépasse les valeurs autorisées, cette viande ne peut plus être proposée pour la consommation humaine, ni dans le secteur de l’industrie agroalimentaire. Elle perd ainsi son statut de produit de « qualité alimentaire » et est automatiquement reclassée dans la catégorie déchets / sous-produits de la catégorie 3. Terra Canis utilise exclusivement pour la préparation de ses menus des matières premières qui au moment de leur préparation au sein de notre boucherie sont certifiés « de qualité alimentaire ».

Qu’est-ce qu’une entreprise agroalimentaire ?
Au sein d’une entreprise agroalimentaire, on traite tous les produits destinés à la consommation humaine ou pour un usage humain. Sous ce terme se classent toutes les entreprises qui produisent des produits alimentaires, les boulangeries, les boucheries, etc. La boucherie avec laquelle nous collaborons est une entreprise agroalimentaire et n’est autorisée en tant que telle à n’entreposer et à ne vendre que des produits de qualité alimentaire.

Qu’est-ce qu’une entreprise du secteur de l’alimentation animale ?
Une entreprise du secteur de l’alimentation animale travaille, à la différence d’une entreprise agroalimentaire, dans le secteur de la gestion et de l’élimination des déchets. Dans ces entreprises, les déchets, les produits de la catégorie 3, sont traités pour être commercialisés dans le secteur de l’alimentation animale.

Que signifie le terme « produits de la catégorie 3 » ?
On définit sous le terme de « produits de la catégorie 3 » les produits qui sont utilisés pour la production d’aliments pour chiens et pour chats. L’industrie de l’alimentation animale traite ces produits depuis de nombreuses décennies. La production d’aliments pour chiens est classée dans le secteur de la gestion et de l’élimination des déchets et s’inscrit donc dans le processus de l’équarrissage. Il convient donc ici de différencier trois catégories, les catégories 1,2 et 3, en se fondant sur la directive de l’UE (EG) Nr. 1069/2009 (directive sur les sous-produits d’origine animale) qui se base sur les dangers présentés par les produits à traiter.

Catégorie 1 (risque élevé)
Sont classés dans la catégorie 1, la viande et les sous-produits d’origine animale qui présentent un risque élevé. On y trouve les animaux domestiques, sauvages ou les bêtes de somme qui ont dû être abattus ou sont morts des suites d’une maladie, en particulier les cadavres d’animaux et d’animaux de laboratoire contaminés par l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), par des produits chimiques ou par des substances interdites. Les produits de la catégorie 1 doivent être totalement traités et éliminés comme des déchets. Ces produits doivent, depuis le 1er juillet 2008 et dans le cadre du commerce intra-européen, être marqués avec du triheptanoate de glycérol et être transportés dans des containeurs noirs.

Catégorie 2 (risque modéré)
Sont classés dans la catégorie 2 la viande et les sous-produits d’origine animale qui présentent un risque en raison de maladies non contagieuses. On y trouve des animaux tués hors d’un abattoir, des sous-produits animaliers (par exemple le lait), des produits importés et insuffisamment contrôlés, des produits animaliers présentant des traces de médicaments.

Catégorie 3 (risque faible)
Sont classés dans la catégorie 3, en particulier les déchets et les sous-produits animaliers issus des abattoirs, les déchets alimentaires issus des cuisines et de la consommation alimentaire, les produits d’origine animale qui ne sont plus autorisés pour la consommation humaine, le lait cru, le poisson frais et les produits dérivés du poisson frais. On y trouve également des produits d’origine animale qui seraient autorisés pour la consommation humaine, mais qui en fonction des pays ne sont pas consommés, comme par exemple les tripes, la langue et autres abats. Ces produits sont exclusivement destinés à la consommation animale. En Allemagne, il est également interdit de nourrir les animaux avec des graisses issues des tissus d’espèces terrestres à sang chaud, ainsi que les ruminants avec du poisson. Toujours en Allemagne, il est interdit de nourrir des animaux et des chevaux destinés à l’industrie alimentaire avec des graisses issues des tissus d’espèces terrestres à sang chaud. Il est à noter que les produits de la catégorie 3 ont à plusieurs reprises été impliqués dans des scandales dans le secteur de l’industrie alimentaire, notamment autour de viandes avariées.

Sont classés dans la catégorie 3 :

  • les déchets alimentaires issus des cuisines et de la consommation alimentaire, s’ils ne proviennent pas d’un autre pays
  • des parties d’animaux abattus impropres à la consommation humaine pour différentes raisons, mais qui ne présentent pas de danger de contamination ou qui proviennent d’animaux impropres à la consommation humaine
  • le lait cru
  • les poils, la fourrure, les cornes, etc., d’animaux présentant des symptômes cliniques
  • les déchets d’origine animale de l’industrie agroalimentaire
  • les peaux et les cornes, les soies de porc et les plumes d’animaux qui ont été abattus après avoir subi un examen
  • la viande faisandée
  • les produits alimentaires pourris
  • la viande de moindre qualité
  • la viande d’animaux soumis à un stress très important
  • le sang d’animaux (à l’exception des ruminants), qui ont été abattus dans un abattoir après avoir subi un examen
  • les parties du corps et sous-produits d’origine animale issus des abattoirs qui constituent des restes provenant de la production de produits destinés à la consommation humaine, les os dégraissés et les cretons
  • les déchets de poissons
  • les produits alimentaires d’origine animale qui en conséquence de raisons non liées à des dangers pour la santé, comme par exemple un défaut d’emballage, ne sont plus autorisés pour la consommation humaine

Cette viande doit dans les plus courts délais faire l’objet d’un marquage et n’être utilisée que pour la production d’aliments pour animaux au sein d’une entreprise autorisée et spécialisée dans l’alimentation pour animaux domestiques, ou pour des produits non alimentaires, comme par exemple pour la production de graisses lubrifiantes. Elle peut aussi être utilisée pour le compostage ou la production de biogaz. Cependant, il a pu être constaté, à plusieurs reprises et en contravention avec la législation, que de la viande classée dans la catégorie 3 a été utilisée pour la consommation humaine. [1] Ces produits doivent, depuis le 1er juillet 2008 et dans le cadre du commerce intra-européen, être transportés dans des containeurs verts et peuvent dans le cadre du commerce national faire l’objet d’un marquage de couleur.

Aux côtés de Terra Canis, on trouve à présent quelques entreprises, peu nombreuses, qui proposent des aliments pour chiens et chats également produits à partir d’ingrédients de qualité alimentaire et qui offrent ainsi à ces animaux une qualité comparable à celle de leur alimentation dans la nature.
Malheureusement, on trouve également de plus en plus de producteurs/marques qui ont recours au terme de « qualité alimentaire » pour assurer la publicité de leurs produits et qui le mentionnent sur leurs emballages, alors que ces produits sont issus d’une entreprise du secteur de l’alimentation animale et ne contiennent pas de véritables produits de qualité alimentaire.

De nombreux producteurs utilisent des termes ambigus tels que : « Viande provenant de l’industrie alimentaire » ou « Viande provenant d’animaux abattus destinés à la consommation humaine ». Il convient ici de faire très attention. Selon la législation et les directives en vigueur au sein de l’UE, seuls les produits issus de l’abattage d’animaux dont la viande est autorisée pour la consommation humaine sont autorisés pour la production d’aliments pour animaux. Ces mentions ne constituent donc pas des arguments de vente particuliers. Si des animaux ne sont pas abattus pour la consommation humaine, cela signifie qu’ils sont tués parce qu’ils sont contaminés par des germes, des virus ou des bactéries. Ces produits se classent donc automatiquement dans les catégories 1 et 2 et sont donc interdits pour la production d’aliments pour animaux.

Les produits de la catégorie 3 proviennent TOUJOURS d’animaux abattus pour la consommation humaine et donc provenant à l’origine de l’industrie agroalimentaire. Cela ne signifie cependant en aucun cas qu’au moment de leur traitement pour la production d’aliments pour animaux ces produits/cette viande possédaient encore une qualité alimentaire. Il faut ici toujours se fonder sur la qualité des produits lors de leur préparation pour la production d’aliments pour animaux, et non pas sur la qualité ou l’origine à une étape antérieure. De nombreuses parties du corps des animaux abattus ne possèdent en soi jamais une qualité alimentaire (les sabots, les plumes et d’autres organes de moindre qualité, etc.) et sont donc toujours automatiquement lors de l’abattage classés dans la catégorie 3. D’autres produits possèdent au contraire toujours en principe une qualité alimentaire, mais peuvent la perdre en raison d’un manque de fraîcheur et/ou d’hygiène ou par exemple parce que la chaîne du froid a été interrompue (viande pourrie, quantité trop importante de germes, viande avariée, date limite de consommation dépassée, etc.). Dans les deux cas, ces produits seront classés dans la catégorie 3 et pourront être utilisés dans l’industrie des aliments pour animaux. On observe un phénomène similaire dans l’industrie biologique pour les animaux. La plupart des aliments bios pour animaux proposés sur le marché sont produits avec des ingrédients provenant de la catégorie 3 et leur seule différence réside dans le fait qu’ils proviennent d’animaux élevés selon les critères de l’agriculture biologique. Cependant, au moment de leur utilisation pour la préparation des aliments, ce sont des déchets de la catégorie 3 au même titre que la plupart des ingrédients utilisés pour les aliments pour animaux.

Terra Canis emprunte depuis 10 ans une toute autre voie, bien loin des déchets de la catégorie 3 et des producteurs d’aliments pour animaux. 100% de nos ingrédients présentent une qualité alimentaire, la viande que nous utilisons est produite dans une boucherie qui est une véritable entreprise agroalimentaire, et nous adoptons une transparence absolue dans notre déclaration.